Avis, Jeux

Critique du jeu Harry Potter – Secret à Poudlard

Harry Potter – Secret à Poudlard est sorti le mercredi 25 avril 2018 sur l’App Store d’Apple et le Play Store de Google après plusieurs mois d’attentes et de spéculations. Après une courte phase de test chez les utilisateurs expérimentés d’Android, le grand publique ainsi que les utilisateurs d’iOS ont pu finalement profiter de la version finale.

012.png

Finie l’euphorie, les utilisateurs se sont rapidement corsés à la réalité, nettement moins magique, du jeu : ce n’est qu’un jeu mobile gratuit, les compromis sont donc naturellement au rendez-vous.

Bonne nouvelle, l’application est proposée en Français ! Mais aussi en Allemand, Anglais, Arabe, Bengali, Bulgare, Catalan, Chinois, Chinois simplifié, Chinois traditionnel, Coréen, Croate, Danois, Espagnol, Finnois, Grec, Gujarati, Hindi, Hongrois, Hébreu, Indonésien, Italien, Japonais, Kannada, Letton, Malais, Malayalam, Marathi, Norvégien, Néerlandais, Panjābī, Persan, Polonais, Portugais, Roumain, Russe, Slovaque, Slovène, Suédois, Tamoul, Tchèque, Telugu, Thaï, Turc, Ukrainien, Vietnamien ! Ce multilinguisme prouve, encore une fois, que les Potterheads sont une grande famille !

Techniquement parlant…

L’application est techniquement bien réalisée et fluide. C’est sans doute parce qu’elle est réservée aux téléphones puissants. Du côté d’Apple, elle nécessite l’installation d’iOS 10 (ou version supérieure), du côté d’Android, c’est un peu plus compliqué : face à la multitude des appareils, le développeur a donc dû faire son choix en limitant son application aux appareils de haut, voire très haut de gamme. Quant aux utilisateurs des autres plateformes (Windows, Windows Mobile, BlackBerry), ils ne pourront, peu importe les performances de leur terminal, pas utiliser l’application !

Voici la liste des appareils Apple compatibles :

iPhone : Tous les iPhone depuis l’iPhone 5

  • iPhone 5 (risque de planter)
  • iPhone 5c (risque de planter)
  • iPhone 5s (risque de planter)
  • iPhone 6 et iPhone 6 Plus
  • iPhone SE
  • iPhone 6s et iPhone 6s Plus
  • iPhone 7 et iPhone 7 Plus
  • iPhone 8 et iPhone 8 Plus
  • iPhone X

iPad : De la même manière, tous les iPad sortis depuis fin 2013 sont en mesure de faire tourner le jeu

  • Ipad de 4ème génération (risque de planter)
  • iPad Air (risque de planter)
  • iPad Air 2
  • iPad Pro 2015 (12,9 pouces)
  • iPad Pro 2016 (9,7 pouces)
  • iPad de 5ème génération
  • iPad Pro 2017 (12,9 pouces)
  • iPad Pro 2017 (10,5 pouces)
  • iPad de 6ème génération

L’iPad mini premier du nom ne pourra pas vous faire transplaner à Poudlard, il faudra avoir ces appareils :

  • iPad mini 2 (risque de planter)
  • iPad mini 3 (risque de planter)
  • iPad mini 4

En revanche, le jeu ne pourra être installé que sur l‘iPod Touch de 6ème génération, sorti en 2015.

Il faudra aussi avoir un minimum d’1 Go libre pour pouvoir utiliser le jeu correctement.

Si le jeu est proposé gratuitement sur les deux principales plateformes, les achats intégrés peuvent grimper jusqu’à 110 € ! Voici la liste des achats :

00000001g.png

Magiquement parlant…

Avant de commencer, rappelons le :le scénario du jeu n’a pas été validé par J.K Rowling.

Il se passe peu après la naissance du héros à lunettes et la défaite de Voldemort. Par ailleurs, même si l’équipe souhaite rester au plus près de l’histoire originale, certaines libertés sont prises avec les détails du roman.

Par exemple, rappelez-vous, les livres affirment que Serpentard a gagné la coupe de manière consécutive depuis plusieurs années lors de l’arrivée de Harry à Poudlard : afin de donner une chance aux joueurs, ce détail a été ignoré. Rien de grave à ce niveau, mais il est toujours utile de rappeler.

Graphismes fantastiques, musique qui nous plonge dans l’univers Potteresque, on se sentirait presque à Poudlard ! Fort de la précision de ses détails esthétiques, le jeu a tous les atouts pour plaire… de prime abord !

Comme prévu, le jeu permet la création de son propre personnage. Avant de franchir les portes de Poudlard, le jeu nous invite à définir notre avatar, à lui donner un nom et un prénom, puis à lui attribuer ses caractéristiques physiques.

On s’attendait à un rendu assez proche de la réalité, comme chez Microsoft (X-Box) ou Snapchat. Nos attentes n’ont pas été assouvis : nous n’avons accès qu’à très peu de coiffures différentes, que très peu de vêtements, et, au départ, aucun accessoire : celles et ceux qui, comme moi, portent des lunettes seront éventuellement déçus.

L’aventure débute au Chemin de traverse, où se trouve Rowan, un-e autre élève de première année. Ce personnage change de sexe en fonction de l’utilisateur. Pourquoi ? Harry et Hermione n’ont pas été amis ? D’accord, je suis peut-être en train de chercher la petite bête.

Peu de temps après, l’utilisateur découvre qu’il a un frère, Jacob, exclu de Poudlard, avec une réputation qui laisse à désirer. Notre personnage sera souvent comparé ou assimilé à ce frère.

Après un passage chez Garrick Ollivander, où une réponse à une question détermine le choix de la baguette, le jeu nous donne rendez-vous à Poudlard, sans passer par la case Poudlard Express. Encore une potentielle attente détruite !

Dans la Grande Salle, le Choixpeau Magique va déterminer la maison de notre avatar. On ferme les yeux, et on attend sa décision irrévocable. Hasard ? Test à la Pottermore ? Non. Bizarrement, on devient tous choixpeau flous et on nous demande dans quelle maison on aimerait aller. Cette fois, c’est la magie qui a été détruite.

tyt.png
Credits: Warner Bros – lepoint.fr

On aura ensuite rendez-vous dans la salle commune de notre maison pour rencontrer nos nouveaux collègues. Collègues qui se montrent peu sympathiques, toujours à cause de Jacob.

Le suivi des cours à Poudlard est révélateur des limites du jeu : pour réussir sa potion, le joueur va simplement devoir tapoter son écran à certains endroits. Certains déçus, considèrent (à juste titre ?) que le jeu se limite à lire les indications, tapoter et répondre à des questions.

Enfin, ce qui a déçu presque tout le monde : le système d’énergie. À chaque action, on perd de l’énergie. On ne peut donc pas utiliser l’application longtemps. Et c’est un peu ennuyant. Comme l’a reporté un fan : cela nous fait sortir de l’histoire et nous casse un peu l’ambiance, l’utilisateur se met en effet plus à la recherche de l’énergie que de l’histoire.

Nos attentes ?

Tout Potterhead qui se respecte a attendu avec impatience la sortie de ce jeu. On aurait certainement souhaité un mode multi-joueur (comme dans HP Spells rappelez-vous…), plus de personnalisation et plus de spécificité ! Bien sûr, ce jeu n’est pas mauvais, loin de là, il serait même à la tête des tendances du moment ! Il est cependant réservé aux fanatiques de la saga. Une comparaison avec Pokemon Go est pertinente : ce jeu pourrait bientôt être délaissé !

La note (sévère) !

Graphisme ★★★★☆

Performance ★★★★☆

Personnalisation ★★☆☆☆

Scénario ★★☆☆☆

Magie ★★★☆☆

Note moyenne ★★★☆☆

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s